CNU 10e section

Dans la perspective des prochaines élections au CNU, la SFLGC consacre cette page au débat. Sont ici publiées les déclarations d'intentions, les listes et vos propositions pour une réflexion commune sur l'avenir de la 10e section du CNU.

Pour publier vos propositions, écrivez à contact@sflgc.org.

Pour participer au débat, ajoutez un commentaire à la suite de chaque article.

Annonces

LISTE « PROMOUVOIR LA LITTÉRATURE GÉNÉRALE ET COMPARÉE »

Responsable du collège A : Anne-Gaëlle Weber
Responsable du collège B : Anne Teulade

Chères et chers membres de la Société Française de Littérature Générale et Comparée,

À L’automne prochain vont avoir lieu les élections des membres de la section 10 du Conseil National des Universités. La liste « Promouvoir la littérature générale et comparée », en cours de constitution, a souhaité pouvoir exposer aux membres de la S.F.L.G.C. les principes qui l’animent afin de pouvoir en discuter le bienfondé avec les représentantes et représentants de notre discipline et afin de les encourager à se mobiliser pour cette élection.

La liste « Promouvoir la littérature générale et comparée » est une liste disciplinaire non-syndicale. L’expertise de ses membres reposera sur l’estimation de la qualité et de la pertinence des recherches et des enseignements menés dans le domaine de la littérature générale et comparée.Les membres élus de cette liste s’engageront à ne pas solliciter de promotions ou de congés pour eux-mêmes sur les contingents dont disposera le C.N.U.

Le CNU, dans l’expertise des dossiers de qualification notamment, est un lieu privilégié pour l’observation de l’évolution des objets et des méthodes de notre discipline. La liste « Promouvoir la littérature générale et comparée » sera constituée de comparatistes dont les domaines de spécialités seront variés et dont l’expertise en matière de recherches émergentes ou novatrices sera reconnue. Elle participera autant que faire se peut à l’élaboration des contours d’une discipline qui évolue sans cependant se diluer dans la « transversalité ».

Les liens de ses membres avec la Société Française de Littérature Générale et Comparée garantiront de plus une juste estimation de l’histoire et de l’évolution des recherches comparatistes. La liste reflètera la diversité des champs de recherche et des approches théoriques qui composent ou composeront la littérature générale et comparée. Elle comportera des enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs issus de l’ensemble du territoire et représentatifs de la diversité des situations universitaires françaises. Elle se devra également de représenter le plus grand nombre possible d’aires linguistiques et accueillera notamment des spécialistes de langues rares. La liste « Promouvoir la littérature générale et comparée » doit représenter le paysage universitaire français dans toute sa diversité et s’attacher à montrer la richesse des échanges linguistiques, artistiques et culturels.

Dans le contexte créé par l’application de la loi LRU et face à la dégradation des conditions de travail des enseignantes-chercheuses et des enseignants-chercheurs, le CNU demeure la seule instance nationale, majoritairement composée d’élues et d’élus, qui puisse garantir l’équité de traitement sur le territoire et assurer la visibilité de notre discipline.

Les projets de « laboratoires d’excellence » et la politique de fusion des établissements du supérieur peuvent parfois contribuer à fragiliser les disciplines littéraires au sein de grands ensembles universitaires et à promouvoir une « transversalité » des recherches où les sciences humaines en général et les études littéraires en particulier peinent à trouver leur place. La volonté politique récente d’augmenter les droits d’inscription des étudiantes et étudiants extra-communautaires ne contribuera pas à faciliter les échanges culturels, linguistiques et scientifiques qui sont le fondement même de la pratique de la littérature générale et comparée.

Le CNU a, plus que jamais, un rôle important à jouer, au cours des prochaines années, pour maintenir et développer l’enseignement et la recherche littéraires en général et pour assurer l’avenir et le rayonnement de notre discipline en particulier.

Les missions du CNU sont nombreuses. Le CNU doit se prononcer sur la qualification des candidates et candidats aux fonctions de professeur et de maître de conférences. Il participe à l’avancement des enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires, en attribuant des promotions, des congés pour recherche et conversions thématiques et des validations de services. Il est, depuis 2014, chargé de donner un avis sur les dossiers de demande de la prime d’encadrement doctoral et de recherche (PEDR), dont l’attribution reste du seul ressort des universités.

À ces missions effectives s’est ajoutée, selon le décret 2009-461 du 23 avril 2009, l’évaluation récurrente et obligatoire des enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs. La 10esection s’est prononcée de façon régulière contre une telle évaluation et les membres de notre liste s’engagent à rester mobilisés et vigilants dans ce combat.

Dans l’exercice de ces différentes missions, les membres de la liste « Promouvoir la littérature générale et comparée » s’engagent à faire valoir exclusivement des critères scientifiques qualitatifs et à refuser toute lecture strictement quantitative des dossiers. L’appréciation des candidatures ne peut reposer, à leurs yeux, que sur la compétence scientifique, la qualité des activités de recherche et d’enseignement et l’exercice de responsabilités collectives.

La rareté des postes dans l’université française et, plus largement, en Europe a entraîné pendant le dernier mandat une augmentation considérable de dossiers de candidatures étrangers et de dossiers de candidatures émanant d’autres champs disciplinaires. Les membres de la dixième section du CNU sont donc constamment amenés à réfléchir aux présupposés et aux méthodes de la littérature générale comparée et à les faire évoluer ou à les expliciter.

La raréfaction des postes d’enseignantes-chercheuses et d’enseignants-chercheurs en littérature générale et comparée fait qu’un trop grand nombre d’excellents docteurs et excellentes docteures ayant obtenu la qualification peinent à être recrutés dans l’université française. Le nombre de collègues Habilités et Habilitées à Diriger des Recherches augmente dans une conjoncture où les postes de Professeurs sont peu nombreux et souvent sont supprimés. Les membres de la liste s’engagent à réfléchir aux moyens de défendre l’enseignement et la recherche en littérature générale et comparée dans l’université française et à alerter les autorités de tutelle sur l’insuffisance des postes ouverts au recrutement.

Les membres de la liste s’engageront à ce que la répartition des possibilités d’avancement des maîtres de conférences à la hors-classe et à la classe exceptionnelle et des professeurs à la 1èreclasse et à la classe exceptionnelle soit fondée, tout comme l’attribution des congés pour recherche et conversion thématique, sur des critères scientifiques équitables et explicites. Ils feront remonter auprès de nos instances de tutelle l’insuffisance des contingents alloués. Ils rendront compte régulièrement et publiquement des décisions prises.

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *